La place des réseaux dans le commerce de détail

Depuis quelques années, les réseaux occupent une place prépondérante dans le commerce de détail. Comprendre ce phénomène est important lorsque l’on commercialise des murs de boutique. Voici un bref panorama de la situation dressé à partir d’une enquête INSEE* publiée récemment.

Les trois quarts du chiffre d’affaires du commerce de détail en magasin sont réalisés par les réseaux. Ils interviennent majoritairement dans l’alimentaire non spécialisé, le bricolage et les grands magasins mais aussi – dans une moindre mesure – dans l’habillement, la chaussure et l’électroménager.

Les réseaux occupent une part significative sur le marché puisqu’ils réalisent 65% des ventes de produits alimentaires et 58% des ventes de produits non alimentaires.

Les produits alimentaires sont donc majoritairement vendus et notamment en grandes surfaces. Le constat est impressionnant si l’on considère que les commerces de produits laitiers, de boissons et de poissonneries comportent en réalité peu de réseaux. Mais encore, notons que seuls 4% du chiffre d’affaires du secteur des boulangerie pâtisserie est réalisé par des réseaux alors que ces derniers réalisent un quart des ventes de ces secteurs.

Concernant les produits non alimentaires, les réseaux sont présents en grande partie dans l’optique et la photographie (96% des produits vendus dans ces secteurs) mais aussi dans ceux des revêtements de sols et de murs ou de l’électroménager. En revanche, les fleurs, les jeux et jouets, l’horlogerie et la bijouterie demeurent l’apanage des indépendants.

Dans les secteurs du commerce de détail où les réseaux représentent plus de 50% du chiffre d’affaires, c’est essentiellement sous forme de réseaux intégrés. Les petites surfaces alimentaires font exception à la règle avec des points de vente en groupements et en franchises ; c’est aussi le cas pour les commerces de livres, de journaux et papeterie qui exercent leur activité sous forme de concessions.

* Enquête sur les réseaux et commerces de détail – INSEE

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Une réponse sur “La place des réseaux dans le commerce de détail”

  1. Par rapport à cela, c’est vrai que les réseaux prennent de plus en plus de place dans le commerce mais cela comporte également des risques car on a que des aperçus ou des images sur ces réseaux, et peuvent réfleter une autre réalité du produit cherché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.