Commerce virtuel commerce réel, quelle concurrence ?

Du magasin à Internet : le panorama du commerce revisité

L’arrivée d’Internet dans tous les secteurs de l’économie modifie radicalement les modèles économiques. Quel impact cela a-t-il sur les consommateurs ? Quelles conséquences les commerçants traditionnels doivent-ils en tirer ? Jacar Immobilier, spécialiste des murs de boutique et de l’immobilier commercial vous propose un tour d’horizon.

Une croissance exponentielle du e-commerce
Le e-commerce se développe extrêmement rapidement, les chiffres à cet égard sont éloquents : le nombre d’acheteurs en ligne a crû de 13% en 2010 pendant que le montant d’achat individuel est passé de 897 à 1104 € la même année.
Mais encore, le nombre de créations de sites Internet en 2010 (17 800) est sans commune mesure avec celui des créations de magasins (600). Si tous les secteurs sont concernés, certains le sont nettement plus que d’autres. C’est le cas du tourisme, des télécoms, du High-tech ou encore des produits culturels et de l’habillement.

Vers un nouveau mode de consommation
Pour les centres commerciaux traditionnels cette concurrence est particulièrement importante. Les sites marchands proposent parfois plus de 14 millions de références et vendent jusqu’à 73 produits par seconde.

Or, le constat est très net, c’est souvent là où le commerce en magasin chute que le e-commerce accroit son chiffre d’affaires ; il n’est donc pas déraisonnable d’en déduire qu’il existe une interaction forte entre les deux.

Comprendre le consommateur pour mieux répondre à ses attentes
Le consommateur dans la majeure partie des cas est ce que les marketeurs appellent « multi canal ». C’est à dire qu’il va, avant d’acheter, se renseigner sur le produit et sur la marque qui l’intéresse aussi bien via Internet qu’en se déplaçant en magasin.
Dès lors ce sont les paramètres de temps et de simplicité qui vont faire la différence.
En réalité, il faut avoir en tête que les deux modèles sont complémentaires ; Internet donne envie au consommateur qui va finir par acheter dans le centre commercial.
Les enseignes l’ont bien compris et c’est pour cela qu’elles jouent désormais sur les deux tableaux quel que soit leur modèle initial.

Les vraies conditions de la concurrence
Pour faire le tour de la question il est intéressant de considérer le contexte global dans lequel cette évolution du commerce se situe.
D’un point de vue de l’emploi, les études montrent que le e-commerce créé 1 emploi pour 516 k€ de CA alors qu’à périmètre égal, le centre commercial va lui créer 1,9 emploi, soit presque le double.

D’un point de vue environnemental, les deux modèles ont des impacts comparables.

Fiscalement, en revanche, on note une certaine distorsion de concurrence au bénéfice du e-commerce comme le montre une récente étude conduite par Capgemini.

Enfin, sur le plan de la réglementation, le e-commerce bénéficie d’une bien plus grande liberté à moult égards : affichage des prix, contrôle qualité, soldes et promotion ou encore collecte des données personnelles et droit de rétractation.

L’ensemble de ces considérations, loin de vouloir décourager les acteurs du commerce en boutique, doit les conduire à réfléchir à leur présence sur le web en complément de leur pratique traditionnelle. Il demeure évident que les boutiques de proximité répondent à un réel besoin des consommateurs. En effet, ces derniers sont plus que jamais demandeurs de service personnalisé et de reconnaissance. Parce que rien ne remplacera l’échange humain, le commerce traditionnel a encore de beaux jours devant lui.

Partager cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.