Magasins et Nouvelles Technologies, le duo gagnant

Contrairement aux prédictions de certains Cassandre le commerce de proximité ne sera jamais remplacé par Internet. En effet, une récente enquête montre que 34% des consommateurs veulent absolument voir un article avant de l’acheter mais également, qu’ils sont 33% à souhaiter détenir leur bien juste après l’achat.

Cependant, l’arrivée d’Internet a changé la façon de consommer. Cette évolution s’avère une source d’opportunités pour les commerçants qui sauront les saisir.

La quantité pléthorique d’informations disponibles a augmenté les attentes des personnes en terme de service client en magasin. Concrètement, le client alors qu’il se trouve sur le lieu de vente va utiliser son téléphone pour vérifier les informations sur le produit voire pour regarder ce qu’en disent les autres.

Les nouvelles technologies permettent de répondre au besoin d’information croissant des clients. Plus que jamais ces derniers souhaitent savoir précisément ce qu’ils achètent, ce que contient le produit, où il a été fabriqué, comprendre le détail de ses fonctionnalités,… Le consommateur devient sachant et le revendique

Vendre plus

Aujourd’hui, donner aux consommateurs la possibilité de disposer en magasin des avantages de l’expérience online améliore les ventes.

Il est donc intéressant de faire entrer sur le lieu de vente la technologie interactive. C’est que font par exemple Top shop ou Ray Ban qui permettent de tester sur soi le produit via un écran sans l’essayer réellement. D’autres encore proposent sur un écran un accessoire qui vient en complément de article qui vient d’être choisi dans un rayon.

Ces technologies présentent le double avantage d’être ludiques et de créer une animation mais également d’augmenter le panier moyen.

Le téléphone mobile, média stratégique

Le vendeur équipé d’un téléphone mobile devient autonome et peut se centrer sur le client sans avoir à le laisser seul pour vérifier un stock ou aller chercher un article, il peut désormais appeler un collègue ou encore, comme chez Apple, encaisser directement sur son téléphone. Fini les filles d’attente interminables qui découragent certains acheteurs. Dans certains cas également le client peut effectuer le paiement directement avec son propre téléphone.

Enfin, cette absence d’appareil fixe permet de rendre l’aménagement marketing et plus flexible.

Si cette intégration de la nouvelle technologie en magasin nous apparaît aujourd’hui un peu surprenante c’est à n’en pas douter annonciateur d’une tendance de fond que nous devons avoir à l’esprit.

A suivre de près…

BAUX COMMERCIAUX : agrement du bailleur en cas de cession

Certains baux commerciaux prévoient, en cas de cession du fonds de commerce, la nécessité pour le locataire d’obtenir préalablement l’agrément du bailleur.

La Cour de Cassation rappelle dans un arrêt en date du 15 juin 2011, que le refus d’agrément doit revêtir un caractère légitime et qu’à défaut, le bailleur pourrait être condamné à réparer le préjudice subi par le locataire du fait de l’échec du projet de cession.

Il convient donc de faire très attention lorsqu’on utilise l’arme du véto dans le cas d’un projet de cession du droit au bail ou du fonds de commerce, l’éventuel refus de donner son agrément devant nécessairement être fondé.

source: Maitre FOURN Christian